Eric-Emmanuel Schmitt: le retour aux sources!

Recueil de quatre nouvelles : deux soeurs jumelles que tout oppose moralement s'aiment et se haïssent tout au long de leur vie, un homme jouisseur abuse d'une fille candide et lui arrache son enfant, un père dur et fermé s'humanise au contact de sa petite fille avec qui il se plonge dans le lecture du «Petit Prince» et une femme rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille en prison.

Recueil de quatre nouvelles : deux soeurs jumelles que tout oppose moralement s’aiment et se haïssent tout au long de leur vie, un homme jouisseur abuse d’une fille candide et lui arrache son enfant, un père dur et fermé s’humanise au contact de sa petite fille avec qui il se plonge dans le lecture du «Petit Prince» et une femme rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille en prison.

C’est un petit régal que ces quatre nouvelles que nous propose Eric-Emmanuel Schmitt. On y retrouve toute la verve de l’auteur et sa sagacité à observer la vie et plus particulièrement les humains que nous sommes. Rien ne saurait être tranché dans cette fine analyse. L’homme s’y révèle complexe, animé de bonnes ou mauvaises intentions dont il finit un jour par payer le prix. C’est la vengeance du pardon. Quand pardonner devient une punition pour l’autre, les cartes sont brouillées, les codes quelque peu bafoués. Et loin d’en tirer moralité, l’auteur nous laisse gamberger.
Entre deux soeurs que tout oppose hormis le physique, il n’est pas si aisé de s’aimer. C’est le jeu du Ying et du Yang chez « les soeurs Barbarin », l’implacable miroir que nous renvoie l’autre jusqu’au cruel dénouement quasi inévitable.
Dans « Madame Butterfly », c’est la jeunesse et l’ambition qui s’expriment, jusqu’au moment où on se retourne sur son passé et que l’on comprend que l’on est passé à côté de l’essentiel.
Dans « la vengeance du pardon », l’auteur excelle et en dire plus serait en dire trop.
Et enfin dans « Dessine-moi un avion, » on assiste à une belle leçon de vie, sous le sceau de Saint Exupéry.
J’avais ces derniers temps délaissé Eric-Emmanuel Schmitt, ne retrouvant plus dans ses écrits l’émotion des débuts ni ce regard si juste et cruel qu’il peut avoir sur nos petits travers, sans jamais laisser la place au jugement. Ce dernier ouvrage me réconcilie avec l’auteur sans conteste. Je ne saurais que le recommander à tous ceux qui étaient un peu nostalgiques du Monsieur Schmitt des débuts…

A qui conseiller ce livre? A tous ceux qui aiment les histoires courtes et percutantes, à ceux qui veulent se (re)plonger dans la lecture

Laisser un commentaire

Lesannabellades |
Fontaurelle |
Ocima |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'atelier d'écrit...
| Les Meilleurs E-Books "...