« Alors voilà, les 1001 vies des urgences »: un condensé d’humanité

7 janvier 2018

roman

Alors voilà le récit au quotidien d'un apprenti médecin qui joue des claquettes entre les différents services des Urgences avec ses co-internes. Là, pendant sept jours, il décrit à une patiente en stade terminal ce qui se passe sous les blouses et dans les couloirs. Pour la garder en vie le temps que son fils, bloqué dans un aéroport, puisse la rejoindre. Se nourrissant de situations bien réelles, vécues par lui ou par ses collègues, chirurgiens ou aides-soignants, Baptiste Beaulieu passe l'hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs, les consultations qui s'enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients...

Alors voilà le récit au quotidien d’un apprenti médecin qui joue des claquettes entre les différents services des Urgences avec ses co-internes. Là, pendant sept jours, il décrit à une patiente en stade terminal ce qui se passe sous les blouses et dans les couloirs. Pour la garder en vie le temps que son fils, bloqué dans un aéroport, puisse la rejoindre.
Se nourrissant de situations bien réelles, vécues par lui ou par ses collègues, chirurgiens ou aides-soignants, Baptiste Beaulieu passe l’hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs, les consultations qui s’enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients…

Baptiste Beaulieu a du talent. Celui de raconter. Celui surtout de laisser sa part d’humanité s’exprimer. Il a le don de la réconciliation également. A travers son livre, c’est soignants et soignés qui se rencontrent, chacun avec ses failles mais aussi avec sa sensibilité. Il y a ceux qui la cachent et ceux qui la livrent.
Dans un tourbillon d’émotions, Baptiste Beaulieu nous transporte au coeur du service des urgences. Il y raconte le rire, le larme et les drames et l’auto-dérision nécessaire pour ne pas sombrer. Il aime la vie par-dessus tout, lui qui côtoie la mort trop souvent.
Un très beau récit qui se lit très vite et qui laisse une jolie trace, celle de la vie peut-être…

A qui conseiller ce livre? A tous ceux qui doutent  que derrière les blouses blanches se cachent des hommes, à tous ceux qui aiment les récits sans fioritures et qui parlent vrai, à tous ceux qui pensent que la vie se cache partout et qu’elle est belle malgré tout.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Lesannabellades |
Fontaurelle |
Ocima |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'atelier d'écrit...
| Les Meilleurs E-Books "...
| Le sel de la vie