la femme à la fenêtre

L’histoire: Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Les critiques: «La Femme à la fenêtre appartient à ce type de livres singulier qu’il est impossible de lâcher. » Stephen King
« Stupéfiant. Palpitant. Finn nous offre un thriller digne de ce nouveau millénaire. » Gillian Flynn
« 10/10 sur l’échelle du twist ! » Val McDermid
« Une oeuvre sombre au dénouement époustouflant. » Ruth Ware

Mon avis:  »La femme à la fenêtre » jouit de critiques souvent élogieuses. Alors forcément cela a attiré la lectrice avide de nouveautés que je suis.
Je commence donc cette lecture avec impatience. Dès le début, j’apprécie l’écriture quasi-cinématographique. Me voilà plongée dans un film d’Hitchcock. « Fenêtre sur cour » version 2018. Chouette! Cela promet d’être intéressant. Anna Fox, pédopsychiatre, vit cloîtrée dans sa maison depuis environ 1 an. Agoraphobe suite à ce qu’on devine vite à un traumatisme, elle passe ses journées dans une nébuleuse qui lui va bien. Ses amis? Ses nombreux dvd en noir et blanc, son fidèle Merlot, ses médicaments et bien sûr son appareil photo qui lui permet d’espionner ses voisins. Mais voilà que ce fragile édifice s’écroule quand les Russel s’installent en face de chez elle. Fascinée par la famille, ouvrant sa porte au fils et à sa mère, la voilà transportée dans leur univers sans quitter sa maison. Mais tout se complique quand elle assiste à l’assassinat de la mère de famille par fenêtre interposée. Bien sûr, elle appelle la police mais il faut bien dire qu’elle n’a rien du témoin crédible, d’autant plus quand ses voisins nient tout de but en blanc et qu’apparaît une nouvelle mère de famille dans cette jolie maison. Dès lors Anna va tout faire pour découvrir la vérité, sans pour autant pouvoir sortir de chez elle…
Scénario parfait, codes du genre respectés, rien à redire là-dessus. le problème se pose plutôt sur le manque de surprises dans cette lecture. Très vite, j’ai deviné ce qui se cachait derrière la relation d’Anna et de son ex-mari. Donc pas de coup d’éclat pour moi. Idem pour l’imbroglio se cachant derrière l’identité de la victime. Mis à part quelques détails biographiques, j’avais compris la méprise. Quant au final, bah là aussi, je l’ai senti venir.
Extralucide?? Non, juste une lectrice habituée à ce style et par conséquent exigeante en la matière.
En conclusion, une lecture agréable mais trop prévisible à mon goût.

A qui conseiller ce livre? A ceux qui ne lisent pas souvent de thrillers psychologiques, aux amateurs de huis-clos, aux fans de cinéma.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jeveuxtoutlire
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« Sharko » de Franck Thilliez: retenez votre souffle, vous allez plonger en eaux troubles!

Il y a dans ce dernier polar de Franck Thilliez comme un air de Maxime Chattam tant l&rsqu…