6tag_210518-190843 (1)

L’histoire: «  À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément.  » Il y a celle qui ne vieillira pas, car elle a été emportée trop tôt.Celle qui prend de l’âge sans s’en soucier, parce qu’elle a d’autres problèmes.Celle qui cherche à paraître plus jeune pour garder son mari, et qui finit par tout perdre.Et puis, il y a Betty.

Mon avis: Il faut bien l’avouer, l’idée peut faire rêver. Dans une société qui a tendance à vouer un culte aux apparences et pour laquelle vieillir est une véritable angoisse, la perspective d’une jeunesse éternelle est tentante.
Betty a toujours été jolie, comme sa maman d’ailleurs. Elle est née comme ça, tout simplement. Pas d’efforts à fournir, juste une bonne complicité avec dame Nature. C’est un atout, elle le comprend très vite d’autant plus que sa mère est de celle qu’on regarde et qu’on admire. D’ailleurs, celle-ci restera éternellement jeune, figée à jamais dans la mort l’année de ses 35 ans.
Est-ce là le lien de cause à effet ? Nous ne le saurons pas. Mais ce que nous allons vivre avec Betty c’est le temps qui se fige à partir de ses 30 ans. Pendant plus de 20 ans, le temps n’aura plus de prise sur elle. de la fierté qu’elle a d’abord pu en tirer, Betty va vite se rendre compte qu’il s’agit là d’une véritable malédiction. Comment « vieillir » auprès d’un mari qui ressemblera bientôt à son père? Comment continuer à être mère quand on aura l’impression qu’ils sont frères et soeurs ? Comment vivre avec le regard des autres?
Autant de questions que l’on ne soupçonnerait pas de prime abord, et pourtant Grégoire Delacourt nous les pose à travers cette histoire originale. Il interroge notre rapport à l’apparence, à la peur de vieillir mais aussi à la mort.
C’est frais, c’est délicat, ça se lit très vite et on referme ce livre avec émotion , celle des beaux instants.

A qui conseiller ce livre ? A tous ceux qui ne cherchent pas d’explication aux mystères, à ceux qui ont peur de vieillir. A tous les lecteurs qui aiment les histoires qui se lisent vite et apportent quand même leur lot d’émotions et de réflexion.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jeveuxtoutlire
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« L’ami d’éternité » de Victoire Theismann: il y a tant de façon de s’aimer, l’amitié en fait partie.

L’histoire: « J’ai eu le bonheur de vivre une magnifique amitié avec un être i…