piege-conjugal

 

L’histoire : Alice, ancienne rockeuse reconvertie en avocate, et Jake, psychologue, s’aiment, l’avenir leur appartient. Le jour de leur mariage, un riche client d’Alice se présente avec un cadeau singulier : l’adhésion au « Pacte ». Le rôle de ce club ? Garantir à ses membres un mariage heureux et pérenne, moyennant quelques règles de conduite : décrocher systématiquement quand le conjoint appelle, s’offrir un cadeau tous les mois, prévoir une escapade trois fois par an… mais surtout, ne parler du Pacte à personne. Alice et Jake
sont d’abord séduits par l’éthique, les cocktails glamour et la camaraderie que fait régner le Pacte sur leur vie… Jusqu’au jour où l’un d’eux contrevient au règlement. Le rêve vire au cauchemar. Mais comme le mariage, l’adhésion au Pacte, c’est pour le meilleur… comme pour le pire.

Mon avis : Et si le jour de votre mariage, on vous offrait la certitude que ce dernier durerait toujours , que feriez-vous? C’est l’étrange cadeau que Jake et Alice reçoivent d’un riche client de cette dernière.
Ce qu’il faut faire? Signer « Le Pacte » et intégrer ses codes, côtoyer ses riches membres. Et accessoirement lire son code de l’épaisseur du Code Pénal afin de bien intégrer ce qu’il faut faire et surtout ne pas faire !
Pour Alice, accro à l’adrénaline et la nouveauté, c’est le moyen de mettre du piment dans sa vie. Pour Jake, c’est l’assurance que cette dernière ne la quitte jamais, lui qui n’a aucun point commun avec l’ex petit ami rocker et rebelle. Il ne leur en faut pas plus pour se lancer dans l’aventure.
Mais bien sûr, vous l’aurez deviné, le Pacte n’est pas aussi paisible qu’il en a l’air et du groupe privilégié à la secte, il n’y a parfois qu’un infime pas. Omniprésent, moralisateur mais aussi incroyablement pervers, le Pacte s’avère vite être un engrenage machiavélique qui certes garantit les liens du mariage mais qui altère la liberté.
Si l’idée de départ est séduisante et que l’auteure montre bien que l’on peut éprouver du bénéfice dans toute situation (ce qui fait le « succès » des sectes), j’ai été un peu déçue par le côté de la surenchère. Les sévices infligés confinent à la torture, les moyens technologiques déployés pour la surveillance des Amis (nom des membres) m’ont paru faramineux et peu réalistes . Bref, il y a clairement un goût de trop pour moi qui nuit à la crédibilité et la fin du livre n’a fait qu’accentuer ce sentiment. Dommage, vraiment dommage parce que je dois bien l’avouer ce livre m’a pourtant tenu en haleine par son histoire originale. Malheureusement, il n’aura pas rempli tous les critères qui me sont nécessaires pour dire : j’ai adoré !

A qui conseiller ce livre ? A ceux qui aiment quand les histoires vont un peu loin et qui ne s’attachent pas trop à quelques invraisemblances, à ceux qui ont le cœur bien accroché (certaines scènes sont difficiles). A ceux qui s’intéressent au phénomène des sectes et cherchent à comprendre ce qui peut attirer ses membres. A ceux qui n’ont jamais lu Michelle Richmond et qui ne compareront pas ce livre avec l’excellent « L’année Brouillard », tout en sobriété.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jeveuxtoutlire
Charger d'autres écrits dans policier/thriller

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« Dompteur d’anges  » de Claire Favan: vous croyez avoir déjà tout lu sur la nature humaine?

Amateurs de thrillers psychologiques à l’âme peu sensible (en lecture du moins), tou…